Pourquoi exprimer clairement les besoins en bénévolat de compétences au sein d’une association non lucrative? Tout simplement, parce que la  richesse humaine est un capital aussi précieux que fragile pour une association. En effet, grâce aux bénévoles, les équipes associatives peuvent mener leurs activités habituelles  et leurs animations exceptionnelles. De plus, les bénévoles élus au bureau assurent le fonctionnement et la gestion du projet associatif. Il est donc compréhensible que les associations à but non lucratif cherchent à recruter de nouveaux bénévoles pour développer leurs actions.

Un appel à bénévole ne peut donc pas être pris à la légère.  Réfléchissez bien en amont au recrutement des bénévoles et adoptez un plan de communication précis.

Un bénévole ou une mission ?

 

Je vois beaucoup d’association à but non lucratif publier des messages annonçant « Cherche bénévole » sans précision. Cela pose un problème de malentendu aux conséquences souvent désastreuses.

Marion piégée par le  bénévolat de  compétences

Marion est une Choupy qui lit les articles de la choup-News avec assiduité et m’envoie souvent des messages à leur sujet. Elle m’a écrit pour me raconter ce qui la chagrinait dans sa vie associative, et je pense que cette expérience peut vous intéresser tous pour votre communication.

 

Donc Marion nous dit :

« Toujours dans cette même association, quand je me suis inscrite, les gens connaissaient mon métier de chargée de communication. C’est une petite ville où tout le monde se connaît. A peine inscrite, on me demandait de rentrer au comité pour m’occuper de toute la communication du club, de la réalisation des affiches, de la page Facebook, etc. Or moi, je voulais bien donner un coup de main, mais pour des choses qui n’avaient rien à voir avec mon métier, parce que c’était vraiment un loisir pour me vider la tête.

Mais en même temps, avoir quelqu’un dans son entourage qui sait faire les affiches, ça aide.

J’ai trouvé un compromis : OK pour faire les affiches, OK pour diffuser les infos que vous me donnez sur Facebook, OK pour répondre à vos questions ou donner un avis sur la communication, mais j’ai besoin que le tennis reste un loisir.

Par ailleurs, il y a 3 ans je m’étais inscrite dans un club de théâtre et c’était la même chose, sauf que je n’ai pas su mettre de limites. C’est devenu une corvée plus qu’autre chose, j’ai vite arrêté. »

 

Bien sûr, je comprends le problème de Marion concernant les demandes du club de tennis et de théâtre. Même si le bénévolat est une façon de travailler dans une association, ce n’est pas ainsi qu’elle envisageait son engagement.

Le Choup-cas personnel

Je vis le même problème au sein de le cercle de loisirs créatifs que j’ai fondée et que je préside depuis 10 ans.

Comme si mon travail de présidente n’était pas suffisant, je suis obligée d’assurer toute la communication de l’association pour la faire connaitre, recruter de nouvelles animatrice et remplir les ateliers de loisirs.

L’origine du problème

Cette habitude s’est mise en place progressivement.

Au début le blog était animé par un  bénévole  qui s’y connaissait, puis quand il a déménagé, j’ai dû apprendre en urgence pour prendre le relais. A l’époque je n’y connaissais rien du tout en communication digitale, mais je voulais tellement que mon association se développe que j’ai appris au fur et à mesure des besoins : la presse, Pinterest, Facebook puis Instagram. Il n’était pas alors question de bénévolat de compétences puisque je bricolais, comme la plupart des bénévoles qui gèrent la communication dans une  association.

Cette expérience improvisée a pris une autre ampleur depuis que j’ai eu l’idée de créer Choup.online. En effet, petit à petit je me suis spécialisée dans la communication des associations, jusqu’à devenir Associative Angel.

Le point de saturation

Aujourd’hui, je gère toujours la communication de mon association, mais je n’en ai plus envie du tout alors que je le fais toute la journée pour Choup.online et les choupy! Justement, à la fin de ma journée de travail, j’ai envie, besoin même, de me changer les idées. D’ailleurs je cherche quelqu’un pour me remplacer au poste communication au sein de mon association, alors que je suis désormais la plus compétente de l’équipe en la matière.

En fait, je veux bien passer du temps à former gratuitement la personne qui acceptera de se lancer. Pourtant, je suis déjà très occupée et mon association a les moyens de payer mes services professionnels comme l’accompagnement à la communication ou la formation en ligne pour Instagram.

En réalité, ma motivation n’est ni le temps ni l’argent. Mon vœu est de  ne plus remplir cette mission qui est une extension de mon métier !

Bénévolat de compétence ou bénévolat simple ?

 

Bref, métier et bénévolat ne font pas toujours bon ménage. Pourquoi ??

En fait la faille vient de la différence entre le bénévolat de  compétences et le bénévole  simple.

Probono, l’autre nom du bénévolat de compétence

On parle de  bénévolat de  compétence quand une personne exerce son métier comme d’habitude mais gratuitement et au bénéfice d’une association.

Par exemple mon voisin médecin qui assure une permanence de visite médicale au moment des inscriptions pour son club de foot. D’ailleurs sa responsabilité pourrait être mise en cause en cas de problème. La gratuité de ces consultations est son choix (solidaire / social / etc..).

Il pourrait faire payer la consultation. Un autre médecin pourrait assurer la permanence  de visite médicale. Mais aucune personne ne pourrait remplir cette mission sans être médecin diplômé. Le bénévolat de compétences  est évident, ponctuel et reconnu par le bénéficiaire comme un avantage.

Selon Wikipédia, « Pro Bono » est l’abréviation de la locution latine « pro Bono publico », signifiant « pour le bien public ». Le « pro Bono » désigne l’engagement de volontaires qui donnent un sens à leur activité en s’impliquant dans des initiatives d’intérêt général à titre gracieux.

En France, le terme  probono est  plus souvent utilisé pour le bénévolat de compétences des avocats mais la définition n’est pas aussi restrictive.

Un usage variable du bénévolat de compétences

Certaines associations utilisent le bénévolat de compétences ponctuellement, comme le club de foot de mon village. Tout le reste du temps, les bénévoles sont des personnes qui aident sans lien avec leur métier.

Mais d’autres associations sont construites uniquement sur le bénévolat de compétences : par exemple, des avocats vont constituer une association d’assistance juridique pour les femmes battues ou les personnes victimes de harcèlement. Là aussi, la gratuité est un choix solidaire. Mais seuls des avocats peuvent remplir ces missions. Des bénévoles non juristes peuvent les assister sur d’autres missions annexes : accueil téléphonique, secrétariat etc…

Le bénévolat de compétences n’est pas réservé aux métiers de la santé ou du droit. Il existe aussi « Electriciens sans frontière »  ou « Infirmiers des rues » par exemple.

D’ailleurs de plus en plus d’entreprises remplacent des dons pécuniaires en mécénat de compétence. C’est-à-dire que des  employés sont payés par leur employeurs à exercer leur métier habituel sur leur temps de travail mais au bénéfice d’une association extérieure. C’est une piste à ne pas négliger lors de  votre prospection de partenariat association – entreprise.

Certaines entreprises ont plus de temps que d’argent à donner.

Le bénévolat simple

Le bénévolat consiste à remplir une mission sans être payé. Aucun lien avec un métier n’est requis.

Par exemple, ma copine enseignante qui est trésorière de mon association de loisirs créatifs ou ma copine infirmière qui coordonne les puces couturières. La bonne volonté prévaut sur les compétences. Leur responsabilité ne peut pas être mise en cause en cas de couac.

C’est un loisir.

Quelles conséquences sur votre communication associative?

 

La distinction entre  bénévolat de compétences et bénévolat simple est rarement exprimée clairement dans la communication des associations. Pourtant il est essentiel qu’une affiche pour recherche de bénévole soit claire et précise.

La situation la plus courante

Bien sûr, en tant que président associative, on aimerait bien que les postes bénévoles soient tenus par des personnes qui ont les compétences. Cela  semble tellement plus simple et efficace. Mais à défaut, une personne qui veut bien essayer ou se former, c’est déjà génial.

En vérité du bénévolat de compétence sous la contrainte (comme Marion ou moi) est totalement contreproductif pour l’association :

  •  le travail est certes réalisé mais à contrecœur, voir « à l’arrache » ou « couci-couça ».
  •  petit à petit, le bénévole s’écœure de sa mission
  •  souvent la seule échappatoire du bénévole est de quitter l’association…. Qui perd à la fois un bénévole et un adhèrent !
  •  J’ai déjà lu le témoignage de certains bénévoles qui se sont vus reprocher « de laisser l’association dans la m… » Après dix ans de bons et loyaux services (on souligne l’ingratitude… ou pas ?)

Adaptez votre communication

Fini les appels à bénévoles généraux « On a besoin d’aide » ou « Venez nous aider ». A viser tout le monde, vous n’atteindrez personne. Quelque soit le support de communication choisi pour votre association, votre stratégie est similaire.

Editez une fiche de poste bénévole

Comme un recruteur d’entreprise, réfléchissez à vos besoins en terme de bénévole et listez avec précision :

 

=> la mission elle-même.

Ce que chaque bénévole devra réaliser concrètement.

Comme me l’expliquait une copine récemment,  elle veut  bien être bénévole à la paroisse et animer le catéchisme mais il est impossible qu’elle aide à accrocher les décorations de Noel dans l’église. Son vertige l’empêche de monter une échelle.

 

=> les contraintes de la mission,

Ce point est souvent très spécifiques à votre activité : Horaires, utilisation d’un téléphone ou ordinateur personnel, besoin du permis voiture, maitrise de la langue française, niveau scolaire… Des personnes qui ne connaissent pas encore votre univers peuvent en avoir une image très idéalisée.

 

=> Les qualités humaines indispensables

Un caractère renfrogné ne pose aucun problème si le bénévole qui n’a pas contact avec le public mais ne conviendrait pas pour un bénévole auprès d’enfants hospitalisés.

 

=> les compétences nécessaires

Même s’il ne s’agit pas d’un appel à bénévolat de compétences.

Pour exemple, à la soirée patinoire organisée par l’association des parents d’élèves, sur douze accompagnateurs nous n’étions que deux à savoir patiner correctement. Trop juste pour équiper une cinquantaine d’enfants et assurer leur surveillance directement sur la piste. La soirée a été éreintante, sans aucune pause. Pas sûre qu’ils me reverront.

 

 Pendant ce temps, toutes les autres mamans montraient leur savoir-faire culinaire au buffet. Disposant de deux heures pour confectionner chacune six sandwiches jambon-beurre et remplir autant de gobelets. Autant vous dire, qu’elles ont eu le temps de papoter!

 

=> Les avantages

Bien sûr, la plupart des avantages liés à l’engagement bénévoles sont surtout moraux : réalisation de soi, satisfaction d’être utile, apprentissage, lien social, etc. Ils méritent d’être mis en avant.

Tout autant si un avantage en nature est lié à la mission. Pensez à le préciser : repas offert,  prêt d’une voiture, entrée à tarif réduit, etc…

 

=> Bénévolat de compétences,

Si la mission impose le savoir–faire d’un professionnel, précisez-le. Cela vous évitera beaucoup de déconvenues. Ainsi, vous ne perdrez pas de temps avec les personnes qui se présentent mais ne peuvent  pas remplir la mission.

« Accompagner des  victimes dans leurs demandes d’indemnisation » (secrétariat ? soutien psychologique ? Déplacement ?) Est beaucoup moins clair que « Défendre des victimes devant les tribunaux pour obtenir dommages et intérêts ».

Soyez précis dans votre annonce

Si vous avez déjà vu une petite annonce d’emploi, vous savez que le texte donne des détails « Boulangerie cherche vendeuse disponible le dimanche matin, débutante acceptée ». Pensez à cela en rédigeant vos affiches ou publication pour recruter des bénévoles.

Commencez par l’appât, c’est-à-dire les avantages pour eux.

=> « Venez-vous amusez sur la glace ! Si vous savez patiner, assurez la surveillance des enfants lors de la  soirée de vendredi. Nous avons besoin de 5 patineurs minimum ».

 

=> « Passez une soirée sympa entre mamans ! Venez préparer les sandwiches de la soirée patinoire. Local chauffé »

Tiens, deux messages pour une  seule soirée ? Voilà une communication ciblée !

Elle doit l’être d’autant plus dans le cadre d’un  bénévolat de compétence : vous cherchez un professionnel pour qu’il exerce son métier. Alors adressez-vous à vos futurs bénévoles comme à des professionnels ! La gratuité ne signifie pas relâchement dans le message.

Où trouver des candidats pour le bénévolat de compétences ?

 

Bien sur le grand public regorge de personnes riches en compétences techniques, humaines ou créatives. Tout à chacun est donc susceptible de devenir bénévole dynamique dans votre association.

Voici des pistes supplémentaires pour votre prospection, en adaptant votre message aux personnes correspondantes

Les étudiants bénévoles :

Des jeunes en cours de formation ont besoin de références professionnelles pour intégrer la vie active. Malheureusement, il leur a souvent difficile d’obtenir une première expérience dans leur domaine d’étude, d’autant que la plupart du temps, les jobs d’été les sous-emploient versus leur niveau scolaire et leurs compétences réelles. Une activité régulière ou ponctuelle en bénévolat de compétences est pour eux une opportunité d’acquérir cette première expérience puis de la mettre en avant. Les employeurs y sont sensibles.

Je l’ai observé sur un chantier solidaire « Tous ensemble ».

Un CFA avait eu la bonne idée d’envoyer un groupe d’éleèves peintres en bâtiment avec leur professeur. Pendant un mois, ils ont travaillé n compagnie des artisans du tous corps de métier à construire une maison. A la fin, la plupart d’entre eux avaient été embauchés par les entrepreneurs présents qui avaient pu juger de leurs compétences et comportements en situation réelle de travail.

Contactez les écoles et université sans limite de niveau ou de domaine. Selon vos besoins en bénévolat de compétence, voyez aussi les centres de formation professionnelle. Diffusez aussi vos messages sur les réseaux sociaux de leur age : Instagram et Tik-Tok par exemple.

 

Notez que ces jeunes bénévoles sont friands de solidarité internationale et de bénévolat à l’étranger. Une opportuité pour les associations humanitaires dans les pays en voie de développement.

Les demandeurs d’emploi

Les chômeurs sont dans une situation similaire aux étudiants avec soit déjà une première expérience, soit une reconversion reprenant tout à zéro. Ils doivent surtout justifier d’une éventuelle inactivité qui se prolongerait de trop. Le bénévolat de compétences leur permet de maintenir leur niveau professionnel en ne perdant pas les réflexes acquis dans l’exercice de leur métier. L’actualisation de leurs connaissances est aussi un argument important pour un éventuel employeur.

Attention : soyez attentif à ce que leur mission bénévole ne soit pas un frein à leur recherche d’emploi. Tout bénévole qu’il est, le chômeur doit pouvoir se présenter à la convocation de Pôle Emploi. Il a aussi obligation d’être disponible pour les entretiens d’embauche. Donc soyez souples s’il se désiste à la dernière minute !

Selon le niveau professionnel que vous recherchez pour cette mission en bénévolat de compétences, communiquez sur LinkedIn ou auprès des centres de réinsertion professionnelle, voir les GRETA et les écoles ayant l’agrément CFE (formation continue des salariés).

Employés et bénévoles :

Nous avons évoqués précédemment le mécénat de compétences. Ceci implique le chef d’entreprise qui va bien vouloir payer ses employés à réaliser une mission (non bénévole, donc) au profit d’une organisation caritative.

Il est aussi envisageable de promouvoir le bénévolat de compétences auprès des employés d’une entreprise sans impliquer la trésorerie patronale. L’activité bénévole est alors proposée sur le temps libre des salariés, comme toute personne engagée dans une association.

Contactez la direction pour bien expliquer votre démarche et obtenir son accord pour animer une réunion d’information rapide en présentiel ou web-vidéo. Si vous avez cette opportunité, présentez votre association, son activité, ses valeurs et le type de bénévolat attendu. La distribution de prospectus peut remplacer une réunion qui n’aurait pas été possible ou pour les personnes absentes ce jour-là.

L’entreprise n’assure alors qu’une mise en relation ciblée qui ne lui coute rien.

Notez que certains n’hésiteront pas à donner de leur temps sur leurs congés pour rejoindre un groupe de bénévoles. La tendance des chantiers solidaires en France ou à l’étranger est un attrait pour donner du sens à un moment de loisir.

Retraités bénévoles

Voilà des professionnels qui souhaitent à la fois se reposer mais se sentir encore utiles. L’engagement solidaire sur une mission en bénévolat de compétences est idéal pour eux. Ils ont souvent envie de transmettre. Leur engagement associatif leur permet de garder contact avec un univers qu’ils maitrisent et apprécient.

Exemple de bénévolat de compétences réalisées par de jeunes retraités : Dans les écoles je vois beaucoup d’anciens enseignants animer des ateliers en complément de l’enseignante titulaire de la classe. : Lecture pendant le temps de bibliothèque, jeux de société pédagogiques, séances d’arts plastiques, yoga, etc.

Sans préjuger des gouts de chacun, vous pouvez penser aux séniors pour votre recrutement de bénévoles en soutien scolaire, suivi de dossiers administratifs, tutorat pour une action sociale. La participation bénévole des retraités est parfaite aussi pour toutes les permanences présentielles ou téléphonique (avec un téléphone fournit par l’association) qui demandent surtout du temps mais restent des activités calmes avec des horaires négociables.

Là aussi, communiquez auprès des entreprises en visant spécifiquement les employés sur le point de partir à la retraite. Donc avec un message très diffèrent de celui qui vise les autres employés.

Associations de bénévoles

Figurez-vous qu’il existe des associations dont la mission est le bénévolat de compétences.

Je vous recommande les célèbres associations « Passerelles et Compétences » et « Pro Bono Lab. ». Elles regroupent des professionnels de domaine très variés et leur rôle est la mise en relation entre le candidat bénévole et les associations. Ces bénévoles appartiennent souvent à l’une des catégories évoquées ci-dessus.

Chaque adhèrent est donc un professionnel qui s’engage à fournir des heures de bénévolat de compétences aux autres associations qui en font la demande. La plupart du temps, une convention est signée entre les deux structures pour définir le cadre et les limites de l’entraide ainsi fournie.

Cette formule est parfaite pour pallier à l’absence momentanée de votre bénévole interne. Pensez-y aussi pour une mission très ponctuelle, comme l’organisation d’un évènement exceptionnel ou la création d’un site internet, la rédaction d’un livre, la réalisation d’un film etc…

Cette fois la communication se résume aux bonnes relations entre responsables des bénévoles. Votre association remplira peut-être un dossier de candidature dont une fiche de poste bénévole.  Vous n’avez personne à convaincre de s’engager comme bénévoles, ils le sont déjà. En revanche, votre équipe devra surement patienter qu’une personne bénévole soit disponible pour assurer votre mission solidaire.

 

Lors de vos animations ou évènement sportif, les associations de protection civile ou de secourisme garantissent votre sécurité et les soins d’urgence. Ces associations assurent elles-mêmes la formation des bénévoles de leur équipe et font payer leurs interventions pour financer leur matériel.

Mise en garde:

 

Pour une fois, je trouve  qu’une erreur de communication serait un moindre mal  dans les cas évoqués. Le vrai danger pour les associations concernées est plutôt une erreur stratégique, surtout à long terme.

 

En tant que président

Ne forcez pas la main  à une personne qui n’a pas envie de remplir une mission. Si Marion n’avait pas été contrainte de réaliser du bénévolat de  compétences, elle serait toujours dans son club de théâtre, et probablement toujours bénévole, mais sur une autre mission que la communication.

 

En tant qu’adhérents

Ne comptez pas seulement sur les autres pour assurer les taches communes et entendez leurs appels à l’aide. Si un bénévole arrête sa mission ou quitte l’association, vous serez bien embêté : soit vous perdrez votre activité, soit quelqu’un devra faire son travail à sa place.

Vous peut-être ?

Pour vos recrutement en bénévolat de  compétence ou bénévole simple,

Publiez une annonce GRATUITE sur Choup.online

publiez un appel à bénévoles

Articles similaires qui pourraient vous plaire

Ce blog vous plait ?

Ce blog vous plait ?

Inscrivez-vous et recevez les prochains articles directement dans votre messagerie !

0% de pub,

100% de lecture

Votre inscription est faite !

Pin It on Pinterest

Share This