Ils ont 26-27ans, vivent dans une zone qui a mauvaise presse, le fameux 9-3, mais leur générosité peut servir d’exemple à bien du monde. Ils ont organisé une maraude citoyenne entre copains en faveur des SDF parisiens.

 

Djak, Derrick et Jomike (de gauche à droite sur la photo) font partie d’un groupe d’amis qui ont spontanément organisé et réalisé une distribution de vêtements et boissons chaudes auprès des SDF cachés dans les gares de Paris lors de la vague de froid début mars. Ils ont bien voulu répondre à quelques questions, pour que leur acte citoyen puisse inspirer nos lecteurs.

maraude sdf 3 potes chouponline

Interview croisée

 

Svp, présentez-vous en quelques mots. Quel lien entre vous ?

Derrick / je suis consultant et formateur en digital marketing. Je suis à l’initiative de cette maraude entre potes.

Djak /  je suis webmaster freelance.  On se connaît depuis longtemps.

Jomike / Je travaille en tant que gestionnaire logistique dans une boîte de formation en différents domaines.

 

Quel facteur déclencheur vous a donné cette idée de maraude ?

Derrick / Le grand froid, voir ces personnes dans la rue, sous la neige, la nécessité d’aider les plus démunis. J’ai donc un jour décidé de mobiliser quelques amis pour faire des maraudes, merci à eux de m’accompagner depuis le début de cette aventure.

Djak / On avait déjà fait quelques maraudes entre nous les années précédentes et là avec la vague de froid, on a voulu réitérer l’action.

Jomike / La volonté d’aider nous a donné cette idée. Ce n’est pas,  pour ma part, la première maraude. Et j’aime bien échanger avec les SDF car ils ont tous un vécu, des connaissances et une idée sur la société actuelle qui est différente de la nôtre.

 

Vous vous êtes organisés comment ?

Pourquoi ne pas être passé par une structure d’aide aux SDF déjà en place ?

Derrick / Juste avec un groupe de potes … Ces actions se sont faites « à l’improviste ».

Djak / Comme on l’avait déjà fait, on a voulu recommencer. Donc chacun d’entre nous avons fait appels à nos réseaux. Moi j’ai également fait un appel sur mon propre site de petites annonces  « farfouille 93 ». Je pense que c’est une initiative entre nous donc pas  besoins de passer par une structure

Jomike / Nous nous sommes donné une date de RDV pour la maraude. Nous avons convenu de faire une annonce, de trouver des bras, des personnes bénévoles qui ont le souci d’aider. Chacun, de son côté, a récolté des vêtements, fait des sandwichs, de la soupe, et trouver des biscuits, de l’eau etc…. ! Passer par une association aurait été une contrainte pour nous, car les associations tournent dans les rues aux alentours de 20h sur un temps plutôt court et une zone très limitée. Le but de notre maraude était de faire le plus d’endroits possibles où les personnes sont généralement isolées. Nous voulions y aller un peu plus tard dans la nuit : on a tous un petit creux au ventre vers 23h. Un petit café, un petit thé, des biscuits ne peut que faire du bien.

Au final, vous avez fait quoi / comment/  où /quand ???

Derrick / Récolter quelques vêtements chauds, acheter de quoi faire des boissons chaudes et arpenter les rues de Paris (Nord et Est principalement). Aller là où les associations ne vont pas forcément.

Djak / À la suite de nos différents appels à dons, on a récolté énormément de vêtements pour hommes/femmes/enfants. On a dû tout trier le samedi matin, dans les locaux de Stains Espoir pour qui je suis bénévole aide aux devoirs. Avec ses amis, Jomike a préparé environ 10 thermos de soupe. On avait également des sandwichs, et deux grosses thermos d’eau pour du thé ou café. Le soir, nous sommes partis sur Paris, on est allés de gare en gare. On a principalement fait cela à pied.

voir l’annonce de Stains Espoir

Jomike / Nous nous sommes donnés rendez-vous sur Paris 19ème notre point de départ. Ensuite nous avons fait un parcours selon notre inspiration : gares et quais de Seine. Si nous étions passés par une association nous n’aurions pas pu faire ça.

 

maraude sdf carte djak chouponline

Parcours du 03 mars 2018

Quel accueil avez-vous reçu des bénéficiaires et du public ?

Derrick / Accueil plutôt favorable, nous avions l’impression d’être attendus.

Djak / Un accueil chaleureux, les SDF nous attendaient pourtant on ne les avait pas prévenus. Mais d’après ce qu’on a compris, le samedi différentes associations passent les voir. Et comme, nous sommes arrivés après 22H30, ils étaient contents.

Jomike / Un très bon accueil. Beaucoup de sourires, énormément de merci. Les SDF ont aussi leurs petites habitudes alimentaires. Pas de café après 22h, pas de thé non plus. Plutôt des petits biscuits.

 

Avez-vous rencontré des problèmes inattendus pendant votre maraude ?

Derrick / Non pas de souci en particulier.

Djak / Après notre passage à Gare de l’Est, nous étions à court d’eau chaude pour servir du thé et café. Et certaines GRANDES structures ont refusé de remplir nos thermos. Tant pis. Un vendeur de crêpe nous a gentiment fourni l’eau chaude pour continuer.

Jomike / Le seul petit problème rencontré était une querelle entre une dame et des roms. Elle soupçonnait ces roms de prendre des vêtements pour ensuite les revendre. Sinon aucun autre problème apparent.

 

Une bonne surprise qui vous a fait chaud au cœur ?

Derrick / Les témoignages de ces personnes qui, du jour au lendemain, ont tout perdu et sont devenues SDF. On sent que ces personnes dans la rue ont besoin de parler et d’être écoutées.

Djak / Écouter, ils ont besoins de parler et ça fait vraiment plaisir de les écouter et de prendre du temps pour ça.

Jomike / Les bonnes surprises : l’histoire de Cathy, 6 enfants mais délaissée par sa famille. Et un monsieur qui parle anglais, venu en France pour travailler. Pas mal de diplômes  mais pas reconnus en France.

 

Votre ressenti sur le moment face à ces SDF ? et avec le recul ?

Derrick / Un sentiment de bien-être et le fait d’écouter ces personnes dans la rue et être attentif à leurs besoins, et par conséquent y répondre.

Djak / Un sentiment de faire notre devoir d’être Humain et d’aider ces personnes dans le besoin à notre petite échelle.

Jomike / Nous avons de la chance d’avoir une maison, un chez-nous, ne manquer de rien. Avec du recul, les aider c’est très important pour eux comme pour nous. Nous pouvons le faire alors pourquoi pas ?! On a tout ce qu’il faut chez nous, eux n’ont rien. Pour moi leur apporter de l’aide, du soutien c’est très important. Eté –Printemps-Hiver-Automne. Quand il fait froid, ils en ont plus besoin. Mais lorsqu’il fait chaud aussi.

Allez-vous recommencer ? En passant par une association déjà existante ?

Derrick  / Oui recommencer, sans passer par une association, ou alors créer la mienne.

Djak / Oui je pense que nous allons recommencer.  Je ne pense pas qu’on va passer par une association.

Jomike / Je vais recommencer obligé. Oui oui !! En passant par une association, oui, pourquoi pas, nous aurions plus de bras. Mais nous préférons y aller de nous-mêmes.

Que modifierez-vous la prochaine fois ?

Derrick / Toujours être dans cette optique de répondre aux besoins des SDF.

Djak / M’améliorer dans l’ouverture des sticks de café (il rit). Peut-être commencer plutôt car après une certaine heure, les SDF vont à la recherche de refuge pour aller dormir. C’est plus compliqué de les trouver.

Jomike / Les lieux. Faire d’autres lieux sur Paris où nous ne sommes pas allés.

Comment cette expérience s’inscrit dans votre vie ?

Derrick / C’est extrêmement enrichissant. Pouvoir aider autrui, c’est ce qu’il y a de meilleur dans la vie !

Djak / Une expérience qui nous fait grandir et qui nous fait réfléchir sur notre manière de vivre. De profiter de ce qu’on a. On se plaint parfois un peu trop. Bon, ok,  on est français, on se plaint de nature (il éclate de rire)

Jomike / Cette expérience est un moment de partage, de rencontres, d’entre aide. Je mets en avant ce mot AIDER, car il est primordial. Il faut toujours aider les autres, toujours penser à ceux qui ont besoin de nous, qui sont dans la misère. Depuis j’essaie de témoigner de cette expérience aux membres de ma famille, pour qu’eux aussi rejoignent le groupe. J’essaie d’en parler le maximum possible. Je ne sais pas si cela va changer le monde ou ma vie, mais au moins j’essaie de changer les choses à mon niveau, et de donner de mon temps aux SDF et autres oubliés de la société.

 

Message commun des 3 copains: Un gros Big up aux autres Maraudeurs! Christelle, Ladji, Manu, Heud, Tatiana et Samir. Et bien évidemment à tous nos donateurs !! Grâce à eux, on a pu aider un maximum de personnes dans le besoin. Tellement de générosité qu’on était débordés. MERCI à tous.

 

Pour aller plus loin sur ce sujet

Un peu de lecture

maraude sdf livre je tape la manche chouponline maraude sdf livre jhabite en bas de chez vous chouponlinePour découvrir et comprendre le quotidien des SDF, je vous recommande ces 2 livres, écrits par  des personnes qui ont vécu dans la rue . Parfois, çà arrive plus vite qu’on ne le croit. Les maraudes , ils connaissent, en tant que bénéficiaires.

Aider de différentes façons

Si vous souhaitez rejoindre une association qui va à la rencontre des SDF, taper « maraude » dans le moteur de recherche Facebook pour trouver l’organisation la plus proche de chez-vous. Sachez aussi que l’association « petit bagage d’amour » est spécialisée dans l’aide aux futures mamans qui vivent dans la rue, enceintes et y retournent à la sortie de la maternité, avec leur bébé, dans un carton à la place du berceau.

Si vous ne pouvez ou ne voulez pas aller dans les rues la nuit, vous pouvez aider ces associations dans leur action par des dons de vetements, chaussures, couvertures, et autre matériel. Voir les besoins avec eux
 

 

 

Pour annoncer vous aussi vos activités, évènements ou services pro,

publiez une annonce GRATUITE sur la page d’accueil de Choup.online

publier une annonce

Cet article vous plait ?

Inscrivez-vous et recevez les prochains articles directement dans votre messagerie !

 

0% de pub, 100% de lecture !

Inscription réussi !